Happening Skate et Culture street

5 octobre 2017

 

Jusqu’au 15 octobre, le happening SKATE & CULTURE STREET s’empare de l’Oasis Urbain, célébrant cette culture rassembleuse qui traverse les époques et transcende les âges.

L'événement se déploie autour d'une rampe éphémère conçue spécialement pour l'occasion et peinte par l'artiste Julien Michel, au coeur de l'espace piétonnier du Quartier DIX30. Un rendez-vous réalisé en collaboration avec des acteurs passionnés de la scène skate au Québec, dont Dan Vézina, Éric Blais et Stéphane Vallée, cofondateurs du Spin Skatepark/Skateshop.

 

Tous les samedis et dimanche (gratuit)

 

Initiation au skate pour tous et prêt d’équipement
10 h à 13 h

Rampe libre et
démos de pros
13 h à 17 h

Expo sur le skate
et art urbain
En tout temps

Ateliers de création et planche à gagner
10 h à 17 h

 

Street art 
Le skate est créatif en soit. L'utilisation d'espaces publics de manière alternative entraîne l'oeil du skater à voir la ville autrement; l’art de rue et le skateboard vont de pair depuis longtemps. Ce happening sur l’Oasis Urbain exprime une fois de plus cette histoire d’amour avec des créations de l’artiste visuel LeBicar, les personnages oniriques signés Waxhead, et des ateliers de dessins sur planche en compagnie de l’artiste Pascal Foisy-Lapointe.

 

Expo art&facts : fenêtre sur la culture street
À voir et découvrir sur place, des pièces tirées de la collection privée de Dan Vézina, coup d’oeil sur l'histoire et la culture du skate local durant les années 60, 70 et 80, 90, dont : des planches de marques phares et de légendes du skate, un BMX original, la première planche professionnelle fabriquée au Québec par Max Dufour, le docu The Devil’s Toy sur le skateboard de rue à Montréal (1966), même une section de la fameuse piscine du Motel Canada.

Vitrine et peinture live par l'artiste LeBicar.

 

Installations par l'artiste de rue Waxhead.

« Partout en Amérique du Nord, les meilleurs skateparks sont situés en banlieues »
– Dan Vezina, cofondateur de Spin Skatepark/Skateshop

 

On estime le nombre d’adeptes du skate à plus de 70 000, rien qu’au Québec. La Rive-Sud de Montréal a eu un impact majeur dans le développement de ce sport[1], grâce notamment à un éventail de skaters à l’esprit entrepreneurial. C’est d’ailleurs au sein de ce « berceau du skate au Québec » que des pros internationaux y ont fait leurs classes, comme Pier-Luc Gagnon, maintenant en Californie.


[1] Le Skatepark, l’émergence du skateboard au Québec, Radio-Canada, 2014

 

- 30 -
 

Source : 
Pour toute demande d'entrevue, communiquez avec
Sébastien Sylvestre, 514-963-6512, communications@projekroom.com

 

 


ANNEXE
 

Le Skateboard dans le sang
Les trois co-fondateurs de Spin Skatepark/Skateshop personnifient l’étendue de la culture skate. « On ne fait que suivre notre propre vibe, et on regarde où ça nous mène », explique Stéphane Vallée. Depuis une vingtaine d’années, leur passion les pousse à concevoir des rampes pour des événements d’envergure (Jackalope, coupes du monde, Skatefest…), à participer à des initiatives axées sur le skate, et à intégrer ce sport dans les écoles. Depuis 2001, des programmes de sports-études comportent un volet entièrement dédié au skate. Le trio compte pousser encore plus pour qu’une telle initiative se répande à la grandeur de la province.
 

Dan Vezina
Avide collectionneur de planches, de BMX et d’artefacts skate, Dan Vezina est aussi un designer et bâtisseur professionnel de skateparks. Il est d’ailleurs à l’origine de projets marquants, comme le design d’un parc de skate en Australie qui a été utilisé pour des championnats. C’est lui qui, en 1996, fonde le mythique Taz Mahal à Montréal. Lui également qui, avec des partenaires comme Éric Blais, fondera le South Parc à Brossard.
 
Le skate accompagne Vezina depuis 1987: « À 15 ans, je savais déjà que je voulais passer ma vie dans le monde du skate ». Sous la gouverne de son père maître menuisier, Dan construit et vend ses premiers modules la même année qu’il commence le skate. Depuis, il cultive sa passion en collectionnant planches et artefacts skate qui l’ont accompagnés tout au long de sa carrière.
 
Éric Blais
Demandé comme juge en chef lors de compétitions internationales, Éric Blais est également bâtisseur de skatepark. Skateboarder depuis 1989, la ferveur de cet artisan de la planche – il en dessine et fabrique lui-même – se traduit aussi par une riche collection reliée à l’univers skate. Collection impressionnante qui s’est même méritée des mentions dans des livres consacrés sur le skate : ses planches, qui ont tantôt marqué l’histoire du skate, tantôt marqué sa propre carrière, figurent parmi les plus grandes collections personnelles au Québec.
 
Stéphane Vallée
La flamme skate, voilà plus de 22 ans qu’elle brûle pour Stéphane Vallée. Skateboarder chevronné, bâtisseur de skateparks et organisateur d’événements, Vallée est aussi un éducateur professionnel de skateboard, diplômé en enseignement du sport. Créateur et responsable de programmes d’apprentissage pour planchistes, Stéphane travaille d’arrache-pied pour que les programmes de sports-études dans les écoles continuent d’intégrer le skate dans leur cursus. « La bonne nouvelle, c’est que ce sont maintenant les institutions et les villes qui nous appellent pour introduire le skate et créer des rampes. On assiste à un réel engouement autour de ce sport depuis quelques années. »

 

 

Artistes participants
 
LeBicar
LeBicar est un artiste visuel montréalais fortement influencé par la culture du skateboard et la musique. Maniant tous les supports – canevas, bois, metal, objets – on reconnaît l’œuvre de l’artiste par son coup de crayon unique et l’emploi du noir et blanc, qui pour lui, exprime la dualité, le contraste, les différences, une source d’inspiration continuelle.
 
Waxhead
Depuis plus de 10 ans, l’artiste d’origine torontoise WAXHEAD anime de ses œuvres d’art urbain et dessins colorés plusieurs lieux au pays. Membre de la galerie Station 16 à Montréal, cet artiste renommé est connu pour ses créatures oniriques aux teintes vives, en plus d'avoir laissé une trace indélibile au sein de festivals majeurs comme Under Pressure, Ilesoniq, Chromatic et le Festival Mural. Lors d’un récent voyage en Inde, WAXHEAD habillait aussi d’oeuvres murales colorées des écoles, des parcs à jeux pour enfants et même des traditionnels rickshaws.
 
Pascal Foisy-Lapointe
Pascal Foisy-Lapointe est un artiste multidisciplinaire originaire de Montréal. Ses études au Cégep du Vieux-Montréal l’ont conduit à un baccalauréat en arts – dessin et peinture – à l’Université Concordia, où il a reçu la bourse Concordia University Golf Classic Entrance Scholarship Award. Il se considère malgré tout comme un autodidacte, toujours en quête de parfaire son art.
 

 

 

 

À propos de l’Oasis Urbain
Le cœur de l’Avenue des Lumières s’est réinventé en un pop-up park qui intègre des espaces de détente et de plaisir partagé et s’ajoute à la vie du Quartier, à ses lieux de sortie et divertissement et ses autres créations d’art urbain (art mural de Zilon et des Frères Michel à la Place Extasia). Avec sa vaste murale d’art graphique au sol, l’Oasis Urbain est inspiré par des installations artistiques comme The Oval à Philadelphie, The Visible Mural de Reko Rennie en Australie ou les créations de Morag Myerscough au festival, s’inscrivant dans le mouvement de places publiques éphémères.